Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 03:22

Dans la cour aux 25 chapelles et prés du temple funéraire ont été construits des représentations des habitations de l'époque. Pour un souci d'unification des deux terres, les chapelles rappellent les maisons du Nord et du sud de l'Égypte. Elles étaient construites en roseaux tressés et en bois (très rare dans ce pays). Tout est encore représenté dans la pierre, symboliquement, pour l'éternité. La pierre cherche à copier absolument tout ce qui servait à cette époque dans la construction. Plus tôt, on construisait en brique et en bois, matériaux tendres qui ne duraient pas, la pierre apporte la durée et l'éternité. L'innovation apportée par Imhotep est spectaculaire et on a l'impression que l'Égypte franchi un pas énorme à cette occasion. Il sera glorifié à cette occasion avant d'être divinisé, par toutes les civilisations suivantes. On parle encore de lui dans les écoles d'architecture de nos jours comme l'inventeur de cette spécialité. Le complexe de Djoser est le premier de cette importance et le plus vaste construit par les Égyptiens. Bien sur le calcaire n'est pas la pierre la plus solide, mais elle facile d'utilisation et abondante dans ce pays. Et les Égyptiens utiliseront d'autres matériaux pour certaines parties de leurs constructions (chambres funéraires et dallage de temples), notamment le granite et le schiste, qui sont des pierres plus dures. Les statues seront construites dans les pierres les plus dures (diorite, granite, grauwake...) et les obélisques le seront toutes en granit. Et tout cela avec des burins de cuivre...  

 

symbolique des maisons Page 4

 

maison du sud 02

 

Reconstitution avec les couleurs, d'après Audran Labrousse. Les motifs sont semblables à ceux qui décoraient le couloir du mastaba de Hézyrê.

 

 

symbolique des maisons Page 3

 

 

 

maisons 2

 

Représentation des maisons du Sud

 

symbolique des maisons Page 1

 

  Maison en roseau, du Sud de l'Irak actuel, existant certainement déjà à l'époque de Djoser.

 

symbolique des maisons Page 2

 

L'intérieur de cette bâtisse. Photos tirées du film "Aux origines de l'Égypte, les films de Chams"

 

symbolique des maisons Page 5

 

La jonction d'une colonne et d'une "poutre" dans une maison du Sud

 

symbolique des maisons Page 6

 

Ce qu'elle devait représenter dans la réalité. Photos tirées du reportage "la pyramide du roi Djoser à Saqqarah, série architecture de Arte"

 

 

Retour

Suite

Accueil 

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans Saqqarah
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 00:43

 

 

vues intérieures Page 03

 

vues intérieures Page 13

 

La seule véritable porte du complexe (sur 15 en tout) telle qu'elle devait se trouver à l'époque de Djoser, resplendissante en calcaire blanc de Tourah et de nos jours.

 

L'entrée principale, un passage étroit d'un mètre (2 coudées) et long d'une dizaine de mètres environ, donnait accès à un long corridor. Les murs latéraux de celui-ci étaient ornés de vingt fausses colonnes fasciculées imitant des faisceaux de roseaux, disposées en saillie aux murs et hautes de 6,60 m. Il ne s'agit donc pas encore de véritables colonnes proprement dites, elles étaient inserrées dans un muret qui les supportait. Peintes en rouge, les murs du corridor l'étaient en noir, comme pour mieux s'effacer. Entre ces murets, on avait créé dans l'espace des niches qui accueillaient chacune une statue du roi.

 

vues intérieures Page 01

 

vues intérieures Page 10

 

On ne voit plus la peinture mais on en a retrouvé des traces.

 

vues intérieures Page 07

 

vues intérieures Page 11

 

Les colonnes représentent des faisceaux de roseaux, matériau traditionnellement utilisé à l'époque pour les constructions urbaines. Les plafonds des habitations de cette périodes étaient des poutres de bois brutes, non taillées. Elles aussi ont été reproduites dans la pierre et inserrées dans l'architecture du complexe.

 

vues intérieures Page 05

 

vues intérieures Page 09

 

vues intérieures Page 15

 

  Les fausses poutres étaient inserrées au dessus des niches et dans le corridor, toutes perpendiculaires à la structure.

Sur la 1ère photo, on aperçoit des traces de peinture rouge.

 

Si sur les 15 portes une seule est réelle et ouvertee, on a représenté la porte intérieure du corridor ouverte pour l'éternité, les gongs et les portes étant sculptés dans la pierre.

 

vues intérieures Page 04

 

vues intérieures Page 12

 

vues intérieures Page 08

 

A la suite des vingts colonnes, un petit hall comprenait 4 colonnes doubles qui étaient placées perpendiculairement aux autres, et ensuite on entrait dans la cour principale.

 

vues intérieures Page 02

 

Ce hall donnait sur une petite porte toujours ouverte et donnant accés libre à la cour.

 

vues intérieures Page 06

 

vues intérieures Page 14

 

Les colonnes doubles étaient légèrement plus basses que les colonnes du corridor.

 

Retour

Suite 

Accueil

 

 

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans Saqqarah
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 19:05

 

Pages-de-hetepheres.jpg

 

hétéphéres Page 2

 

 

 

En 1926, un photographe de l’équipe de George Andrew Reisner, trébucha avec le trépied de son matériel. À cet endroit, on fouilla et on découvrit un puits profond de 25m qui donnait sur une petite chambre et qui avait son entrée murée et plâtrée à l’époque de Khéops. On y a découvert un important mobilier entassé autour d’un sarcophage d’albâtre vide. Une niche creusée dans la paroi contenait les restes desséchés des organes internes de la reine, ce qui en fait la plus ancienne trace de momification découverte à ce jour. On aurait déplacé le corps de la reine, qui se situait certainement à Dashour prés de son mari Snéfrou, pour le protéger des pillards. Le vizir de Khéops, Hémiounou, qui était aussi le principal architecte de la pyramide de son roi, aurait caché l’absence de corps dans la tombe pour éviter au roi une grande colère. C’est certainement à cette époque que fut construite la petite pyramide prés de ce puits qui permettait d’accomplir le culte de la reine défunte. Le puits a donc bien été efficace et plus personne avant 1926 n’a pénétré dans la tombe. On y a trouvé un grand baldaquin en bois doré, un fauteuil en bois doré lui aussi, un lit en bois décoré, une grande caisse qui contenait des bijoux et le sarcophage en albâtre.

 

hétéphéres

 

681px-QueenHetepheres CarryingChair-FuneraryFurniture Museu

 

La chaise à porteur en bois doré

 

775px-QueenHetepheres Bed-FuneraryFurniture MuseumOfFineArt

 

Le lit en bois doré

 

Hetepheres chair

 

  Le fauteuil en bois doré.

Les trois photos sont de wikipedia

 

 

 

Références : 

Pyramides, temples et tombeaux de l’Égypte ancienne, Richards Lebeau, Autrement

La fantastique histoires des bâtisseurs de pyramides, Zahi Hawass, éditions du rocher.

Les grands sages de l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Tempus.

L’Égypte des grands pharaons, Christian Jacq, Tempus.

Dictionnaire des pharaons, Pascal Vernus et Jean Yoyotte. Tempus.

L’Égypte au temps des pyramides, Guillemette Andreu, Hachette.

Histoire de l’Égypte ancienne, Nicolas Grimal. Fayard

Égypte, sur les traces de la civilisation pharaonique, H.F.Ullman.

Les grandes pyramides chroniques d’un mythe, J.P. Corteggiani, Gallimard.

Lire et comprendre les hiéroglyphes, Hilary Wilson, Tchou.

Paysages et paradis de l’autre monde selon l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Maison de vie.

Djéser et la IIIème dynastie, Michel Baud, Pyagmalion.

Les cahiers de sciences et vie.

Dossiers d’archéologie.

Et diverses recherches personnelles sur le net.

 

Retour

L'article en pdf

Accueil 

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans guizeh
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 22:44

 

snéfrou 1;  Snéfrou (rhomboïdale) La brillante du sud

Snéfrou; La brillante du Sud

 

snéfrou 1 Page 1

 

snéfrou 1 Page 2

 

snéfrou 1 Page 3

 

snéfrou 1 Page 5

 

snéfrou 1 Page 7

 

snéfrou 1 Page 4

 

snéfrou 1 Page 6

 

La construction de cette pyramide est considérée comme étant le premier pas vers la pyramide lisse. Par de nombreux points, elle diffère des autres pyramides lisses dites parfaites.

1-la double pente en est le premier point

2-le temple funéraire se trouve à 700m de la pyramide et une simple chapelle fait office de salle des offrandes dans le complexe lui même.

3- la chaussée est à ciel ouvert, elle mène du temple funéraire au mur d’enceinte de la pyramide

4-des vestiges d’une seconde chaussée ont été retrouvés, ce qui prouverait qu’un temple d’accueil devait exister, plus bas dans la vallée.

5-la pyramide possède deux entrées, une au Nord et une autre à l’Ouest, fait unique dans l’histoire de ce type de monuments.

6-si elle possède deux entrées, elle possède aussi deux chambres funéraires.

La pyramide n’est pas la première à être lisse, celle de Meïdoum lui serait antérieure. Snéfrou ayant terminé le travail de son père Houni qui avait commencé une pyramide à degrés. Mais c’est le premier essai réalisé dans ce sens, celui d’une pyramide lisse. Dans cet édifice, ont trouvera plusieurs avancées techniques et architecturales.

1-le parement extérieur lisse, bien entendu

2-les appartements funéraires qui se trouvent dans la masse de la pyramide

3-les plafonds en encorbellements des chambres funéraires sont sur quatre faces

4-les fermetures des couloirs d’accès par blocs bouchons et herses.

5-la dernière prouesse technique étant celle d’avoir réussi à sauver le chantier au moment de changer l’inclinaison du bâtiment.

L’édifice est la pyramide la mieux conservée de toutes celles construites, en effet, elle a gardé plus des deux tiers de son revêtement de calcaire fin de Tourah, ce qui nous permet d’avoir une vue sur le mode de construction.

Elle mesure 188m de base pour 101m de hauteur, avec une inclinaison de 54,34° jusqu’à 49m et 43,21° jusqu’au sommet. Sa forme particulière lui a valu le nom de pyramide rhomboïdale (de forme d’un losange, pour simplifier) en français et bent pyramid (pliée) en anglais. Les Anglais ne s’embarrassent pas, ils ont peut être raison.

Les blocs de calcaires du parement sont inclinés vers l’intérieur d’un angle variant de 7° à 13° environ. Ils ont été retirés par les carriers qui avaient là un stock de pierres faciles à extraire. Des signes d’instabilité les ont forcé à arrêter l’extraction, un premier signe. On entre au Nord à environ 11,80m du sol. Cette entrée est remarquable, la pierre la constituant est de grandes dimensions : 3,18mx 1,50m, elle est la seule à être restée visible dans le parement extérieur. On a retrouvé des traces de gongs pouvant avoir accueilli une porte de bois. L'entrée ouvre sur un couloir descendant de 78,60 m et d’une pente de 28° sur les 12,60 premiers mètres puis de 26°, on y trouve les premières dalles posées en encorbellement. Le couloir conduit à un corridor dont le sol est situé à 22,40 m au-dessous du niveau du sol. Ce corridor est haut de 12,60 m et possède une voûte en encorbellement. La chambre inférieure est surélevée de 6,75 mètres10 par rapport à celui-ci et montre une parfaite maîtrise de la part de ses concepteurs en matière de répartition des charges. Le toit de cette chambre, culminant à 17,30 m en son point le plus haut, est une voûte en encorbellement innovante puisque la technique est appliquée, non plus sur deux faces comme à la pyramide de Meïdoum, mais sur les quatre faces et édifiée en pierres calcaires. On y a repéré des traces de fissures colmatées avec du plâtre qui ont dû survenir, d’après eux, durant la construction de la chambre. Deuxième signe. La chambre inférieure donne accès au Sud par un conduit qui aboutit à un puits de 8,90m qui était à l’origine une superposition de deux cavités obturées par des herses, un bloc de calcaire ayant été retrouvé sur place. On a découvert une corde de papyrus qui indiquait l’ouverture d’une galerie creusée dans la maçonnerie et qui aboutissait au corridor supérieur entre les deux herses. Des traces d'escalier maçonné sont encore visibles sur les parois du corridor précédant la chambre inférieure. Ce fait a conduit les architectes à supposer que les constructeurs ont aménagé un immense escalier d'accès à la galerie de liaison, escalier qu'ils auraient ensuite entièrement démonté rendant impossible l'accès au niveau supérieur. Jusqu'en 1951, l’entrée Ouest était inaccessible et dissimulée sous le revêtement de la pyramide. Elle est décalée de l’axe de la pyramide et culmine à une hauteur de 33,20 m. Le couloir descend sur 67,60 m avec une pente de 30°' sur les 21,80 premiers mètres puis de 24°. Cette descenderie est dotée, sur son extrémité basse, d'une cavité aménagée dans le sol et de 1,28 m de profondeur. Le couloir descendant était obstrué sur toute sa longueur par de gros blocs de calcaire jointés avec du plâtre sur leur côté ouest, et ce, jusqu'au dégagement de 1946 à 1951. La descenderie supérieure de la pyramide rhomboïdale fait la liaison avec un tronçon horizontal long de 20 m entrecoupé par deux passages à herses. Il s'agit des premiers systèmes de fermeture avec herse sur plan incliné. Seule la première herse a rempli sa fonction. Elle fut plâtrée à l’intérieur comme à l’extérieur, ce qui permet de conclure que les anciens Égyptiens utilisèrent la galerie improvisée (ainsi que la descenderie ouest) pour sceller le tombeau. Entre les deux passages à herse, Abdessalam Mohammad Hussein, intrigué par la présence de plâtre, souleva une dalle du sol et découvrit sous celle-ci un large puits rectangulaire et bien maçonné s'enfonçant sur 4m jusqu'au niveau du sol rocheux. La destination de cet élément reste un mystère. Toujours dans cette partie du couloir horizontal, subsistent cinq paires d'encoches placées en vis-à-vis sur les murs latéraux. La galerie de liaison entre les deux distributions débouche ici dans le mur latéral nord, juste après le puits. Le tronçon aboutit sur la chambre dite supérieure, possédant comme la chambre inférieure, une voûte en encorbellement sur ses quatre faces mais de moins bonne facture que la chambre inférieure. Le sol de cette crypte avait été exhaussé de 4,20 m par une maçonnerie de petits blocs de pierre. Une grande partie de cette maçonnerie a été dégagée durant les fouilles de 1946-47 et a laissé apparaître une imposante charpente en cèdre vieille de près de 4600 ans.

Dans le couloir descendant les archéologues ont découvert une boite contenant les restes momifiés d’une chouette et de cinq chauves souris.

Fakhry a relevé un fait surprenant induisant l'existence d'une troisième connexion à l'extérieur de la pyramide et restant à découvrir. La descenderie supérieure (Ouest) est restée obstruée jusqu'à son dégagement en 1946 par Hassan Mustapha. La descenderie était alors comblée sur toute sa longueur de gros blocs de calcaire jointés et la première herse en position fermée, était également plâtrée sur ses deux versants. Or, par temps de grand vent, de nombreux explorateurs depuis Perring, ont été témoins d'un bruit persistant quelques secondes, bruit que l'on entendait particulièrement au niveau du tronçon horizontal entre les deux passages à herse. Perring nota également un très important courant d'air.

La disposition inhabituelle des appartements funéraires, les particularités architecturales et les artefacts découverts ne lassent pas de surprendre. Il s'agit sans aucun doute de l'infrastructure la plus complexe après celle de la pyramide de Khéops et à l'instar de celle-ci, aucune explication satisfaisante n'a encore été proposée quant aux intentions des constructeurs.

Le temple haut n’est, en fait, qu’une chapelle d’offrandes, il possédait deux grandes stèles qui mesuraient 9m. Il possédait trois autels gravés dans le temple lui même. Fait exceptionnel dans l’architecture des pyramides, le véritable temple funéraire est situé à 700m de la pyramide et l’accès en est la chaussée. Il mesure 47mX25. Le bâtiment est composé de 3 parties, une antichambre, une cour avec piliers et 6 chapelles. On y a retrouvé une célèbre statue en très haut relief du roi, elle est exposée au musée du Caire. Le temple bas n’est pas le temple d’accueil comme pour les complexes qui vont suivre, on suppose qu’une autre chaussée menait au véritable temple d’accueil, mais aucune trace n’a été découverte pour le moment. Les deux temples furent restaurés et réactivés durant la 12ème dynastie.

Mais alors, pourquoi cette pyramide possède t’elle deux pentes ? Elle est installée sur un terrain meuble, au centre de l’édifice, sur les bords, le terrain est solide. À partir d’un certain niveau de la construction, environ à la moitié de la hauteur, le sous-sol n’a pas résisté à la masse énorme de la pyramide et des fissures sont apparues dans les galeries d’accès, les points faibles. Deux solutions, arrêter la construction ou la terminer en modifiant la pente. La pente étant modifiée, la masse du bâtiment en était réduite d’autant. Snéfrou a t’il été furieux ? Rien n’est moins sur. Il en profitera pour terminer la pyramide du Nord, et elle, sera la vrai première pyramide à faces lisses.

 

La description de l'intérieur de la pyramide a été empruntée à wikipedia.

 

Pc020360

 

Vue de la pyramide avec son revêtement en calcaire de Tourah.

 

Pc020356

 

Détail

 

800px-Pyramide rhomboidale 05

 

Le temple funéraire haut avec les deux stèles, wikipedia.

 

Références : 

Pyramides, temples et tombeaux de l’Égypte ancienne, Richards Lebeau, Autrement

La fantastique histoires des bâtisseurs de pyramides, Zahi Hawass, éditions du rocher.

Les grands sages de l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Tempus.

L’Égypte des grands pharaons, Christian Jacq, Tempus.

Dictionnaire des pharaons, Pascal Vernus et Jean Yoyotte. Tempus.

L’Égypte au temps des pyramides, Guillemette Andreu, Hachette.

Histoire de l’Égypte ancienne, Nicolas Grimal. Fayard

Égypte, sur les traces de la civilisation pharaonique, H.F.Ullman.

Les grandes pyramides chroniques d’un mythe, J.P. Corteggiani, Gallimard.

Lire et comprendre les hiéroglyphes, Hilary Wilson, Tchou.

Paysages et paradis de l’autre monde selon l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Maison de vie.

Djéser et la IIIème dynastie, Michel Baud, Pyagmalion.

Les cahiers de sciences et vie.

Dossiers d’archéologie.

Et diverses recherches personnelles sur le net.

 

Retour

L'article en pdf 

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans dashour
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 17:53

 

ticket dashour

 

snéfrou 1

Snéfrou

 

Snéfrou, le premier pharaon de la 4ème dynastie, a construit au moins trois pyramides. Celles de Meïdoum et celles de Dashour, la rhomboïdale et la pyramide rouge. A elle seules, elles représentent un volume de 3 300 000 m3 soit environ 700 000 m3 de plus que la pyramide de Khéops.

La pyramide de Meïdoum, d'aprés certains spécialistes, était le complexe funéraire du père de Snéfrou, Houni, et a été terminée par Snéfrou. Les deux autres pyramides sont des commandes de Snéfrou lui même. On peut donc le considérer comme le plus grans bâtisseur de son époque, devant son fils Khéops. il aurait rêgné 24ans, de 2575 à 2551. Ce laps de temps assez court nous donne une idée de la vitesse à laquelle travaillaient les Égyptiens de l'époque. De plus, l'intérieur des pyramides nous montre une évolutaion rapide dans les techniques architecturales avec l'apparition des plafonds en encorbellement ainsi que des fermetures par herses et bien sur la pyramide lisse.

Les trois chantiers auraient été construits simultanément, et ceci pendant une période de 24 ans. De quoi occuper le peuple sur un projet unificateur.

La pyramide rhomboïdale, ce qui signifie que la pent se divise en deux à mi hauteur, parait être la représentation du chiffre deux: deux pentes , deux entrées indépendantes, deux chambres funéraires, on peux penser au double pays et aux deux couronnes. Mais celle ci n'est certainement qu'un essai infructueux, puisque qu'un autre édifice à été construit un peu plus au Nord, la pyramide rouge. Celle ci est plus écrasée et sa pente est plus douce, sa hauteur est de pratiquement la motié de la base, 104m de haut pour 221m de côté. Elle sera terminée et avec succés. Et elle sera la première d'une longue série, celle des pyramides lisses parfaites.

La pyramide satellite apparait elle aussi à Meïdoum et à Dashour Sud, bien qu'étant absente du complexe du Nord. Le temple funéraire prend des formes diverses sur l'une ou l'autre, petit à Dashour Sud et plus important au Nord. Le temple de la vallée et la chaussée montante font eux aussi leur premiers pas, bien qu'il soit difficile d'en imaginer les contours à Dashour Nord.

Avec Snéfrou, on peut réellement dire que le temps des pyramides a commencé.

 

 

P5082173

 

Les deux pyramides de Dashour vues depuis Saqqarah,

 

P6192705

 

Une autre vues de dashour depuis la zone cultivée.

 

snefrou 3088

 

Vue de la "fausse pyramide" de Meïdoum.

 

Accueil

La pyramide de Meïdoum

Les mastabas de la cour de Snéfrou

La pyramide rhomboïdale

La pyramide rouge

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans dashour
commenter cet article
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 00:00

 

ouserkafOuserkaf Pure parmis les lieux

 Ouserkaf; Pure parmi les lieux

 

ouserkaf Page 1

 

ouserkaf Page 2

 

ouserkaf Page 3

 

  Le complexe funéraire d’Ouserkaf se situe à Saqqarah, à l’angle Nord/Ouest du complexe de Djeser. Ouserkaf a effectué une continuation dans le changement en choisissant un autre emplacement pour sa pyramide que celui de ces prédécesseurs, comme l’avait fait avant lui Shepseskaf, dernier roi de la 4ème dynastie. Le complexe est très différent de tous les autres par divers points. Le temple funéraire est axé au Sud, alors que tous les autres le sont à l’Est et une chapelle d’offrande se trouve sur la face Est de la pyramide alors que la tradition la plaçait dans le temple funéraire. On suppose que le complexe était relié à un temple de la vallée par une chaussée, mais on n’a, à ce jour, retrouvé aucune trace de l’un ou de l’autre. Certains pensant qu’ils n’ont jamais existé, c’est pour cette raison que je ne les ai pas représentés dans le modèle 3D.

La pyramide du roi mesure 73,30mx49m avec une pente de 53° environ. Elle était revêtue d’un calcaire fin de Tourah. On a beaucoup parlé de la diminution de taille des complexes pyramidaux à partir de la 5ème dynastie, certains avançant même que cette transformation avait commencé par Shepseskaf et son mastaba (qui est de dimensions colossales) et aurait été due à une crise économique. Il faut peut être plutôt y voir un rôle plus important du temple funéraire qui allait en s’accroissant. Les blocs de pierre internes au parement, avaient été posés de façon irrégulière et au moment où les voleurs de pierres se sont servis, le centre de la pyramide s’est écroulé de telle façon que de nos jours, elle ressemble à un tas de pierre plus qu’à une pyramide ce qui contraste avec sa voisine, celle de Djeser. Peut être était ce une nouvelle technique à l’essai qui aurait fait gagner du temps pendant la construction.

L’entrée de la pyramide se trouve sur la face Nord. De là, on passe par un couloir descendant de 18,5m qui donne sur un couloir horizontal contenant les herses de granit dont celle du milieu était énorme. Il donne accès à trois chambres perpendiculaires. À l’Est un petit couloir donne sur un magasin où devait se trouver le mobilier funéraire. Dans l’axe de la pyramide, au centre se trouvait l’antichambre et à l’Ouest la chambre funéraire qui contient le sarcophage de basalte et le coffre à canopes. Elle était pavée de calcaire de Tourah et le plafond avait la forme de voute en chevrons. Tout l’intérieur de la pyramide était dépourvu de décoration.

Pour la première fois, la pyramide satellite se trouve intégrée au temple funéraire, elle mesurait environ 21m. Son entrée était sur la face Nord, le plafond de la chambre interne était en voute à chevron.

La pyramide de la reine, mesurait 26,25m pour uen pente de 52°. Son entrée se trouve sur la face Nord. La chambre funéraire comportait un toit en voute en chevron. On accédait à la pyramide par une cour ouverte du temple funéraire dont il ne reste plus grand-chose de nos jours. On pense que cette reine était Néferhétepès, épouse d’Ouserkaf et mère de Sahourê.

De la chapelle d’offrandes située sur la face Est de la pyramide du roi, il ne reste que peu de traces, elle était constituée d’une petite salle centrale qui contenait une stèle fausse porte devant laquelle les offrandes étaient placées. De chaque cotés de cette salle on trouvait une petite chambre. Ses murs étaient en granit parés de calcaire fin.

Le temple funéraire était construit en calcaire de Tourah et en grés. Les piliers, les portes et les colonnes étaient en granit, le basalte a été utilisé pour les dalles. Malgré son emplacement original, il restera le seul construit de cette manière dans l’histoire, le temple possède tous les éléments qui étaient standards à l’époque. Une porte donne à un vestibule à l’Est. Au Sud de celui-ci, des magasins. Une porte dans un coin donne sur un autre vestibule possédant des piliers de granit. Ensuite, nous tombons sur une cour ouverte à colonnes en granit portant la titulature du roi, elle était pavée de basalte. On y a retrouvé une tête colossale du roi en granit. Il y avait deux portes dans cette cour, elles menaient à un petit hall à colonnes qui ensuite donnait sur un sanctuaire à 5 chapelles. Nous ne connaissons pas grand-chose de la décoration intérieure du temple, mais les quelques objets découverts prouvent que cette décoration devait être de grande qualité.

 

DSC00585

 

La pyramide du roi avec celle de Djeser en arrière plan.

 

entrée

 

Gros plan sur l'entrée de la pyramide

 

P5082158

 

Les restes du temple funéraire de la reine.

 

 

Références : 

Pyramides, temples et tombeaux de l’Égypte ancienne, Richards Lebeau, Autrement

Les grands sages de l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Tempus.

L’Égypte des grands pharaons, Christian Jacq, Tempus.

Dictionnaire des pharaons, Pascal Vernus et Jean Yoyotte. Tempus.

L’Égypte au temps des pyramides, Guillemette Andreu, Hachette.

Histoire de l’Égypte ancienne, Nicolas Grimal. Fayard

Égypte, sur les traces de la civilisation pharaonique, H.F.Ullman.

Lire et comprendre les hiéroglyphes, Hilary Wilson, Tchou.

Paysages et paradis de l’autre monde selon l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Maison de vie.

Les cahiers de sciences et vie.

Dossiers d’archéologie.

Et diverses recherches personnelles sur le net.

 

 

 

Retour

L'article en pdf

Accueil 

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans Saqqarah
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 20:53

 shepseskafla purifiée

Chepseskaf; La purifiée

chepseskaf Page 5

 

chepseskaf Page 4

 

shepseskaf 1

 

shepseskaf 2

 

chepseskaf Page 1

 

chepseskaf Page 2

 

Chepseskaf a choisi de construire son complexe funéraire à Saqqarah contrairement à ses prédécesseurs de la IVème dynastie. Certains y ont vu un bouleversement de la religion. Il aurait remis en question le culte de Râ et aurait choisi de ne pas construire en face d’Héliopolis, la ville de ce culte. D’autres ont parlé de la première crise économique de l’histoire et que l’Égypte aurait été épuisée par les constructions monumentales des rois précédents. Mais il avait terminé le complexe de son père Mikérinos et son mastaba est de dimensions très importantes. Peut être n’y avait-il plus de place à Guizeh, tout simplement. La question serait plutôt pourquoi n’a t’il pas construit de pyramide comme les autres rois de l’ancien empire, il sera le seul pharaon jusqu’à Thoutmosis Ier et l’avènement du nouvel empire a ne pas construire de pyramide, c’est à dire plus de mille ans plus tard, si on excepte Montouhotep et son temple pyramidal. Le monument a été construit dés le départ pour être de ce type, contrairement à ce que pensait certains spécialistes, les fouilles effectuées tendant à le prouver. Le complexe reste quand même typique de l’ancien empire, avec un monument principal, le mastaba, un temple funéraire, une chaussée de 760m et un temple de la vallée. Il semble que le complexe ne possédait pas de pyramide satellite ou de monument de culte. Le temple de la vallée n’a pas encore été retrouvé et personne n’a entamé de fouilles à son égard. Le mastaba a été construit en deux étapes, d’abord en pierres et ensuite il fut terminé en briques crues, du fait du cour règne de Chepseskaf. Deux murs distants de 40m entourent l’édifice. On a retrouvé des restes de statues du roi, confirmant que le culte a été pratiqué.

Le mastaba possède deux degrés et mesurait 104mx78m avec une pente de 70° et une hauteur de 20m. Il restait de dimensions spectaculaires. Il était revêtu de calcaire fin de Tourah sauf à la base qui était en granit rose. Il est composé de blocs énormes qui peuvent être vus de très loin comme le montre la photo prise d’environ 1,5km.

Il a son entrée au Nord et un couloir descendant de 21n et pentu de 23° part de là.

Il est revêtu de granit rouge.  Ensuite on arrive sur un autre couloir horizontal suivi d’un autre bloqué par Blocs herses et 20m plus loin environ on trouve l’antichambre perpendiculaire au monument mais en son centre. Elle est couverte par un système de chevrons. De l’antichambre on accède à deux passages. L’un d’eux, long de 10m, comprend six niches de 2,5m de profondeur, semblables à ceux de Mikérinos. Ils devaient contenir le mobilier funéraire. Le second est un couloir court descendant de 8m x 3,85m x 5m environ et mène à la chambre funéraire. On y a retrouvé des fragments de sarcophage décoré des façades de palais. Il rappelle celui de son père, perdu en mer.

Le plafond de cette chambre est en granit posée en chevrons  retaillé pou lui donner la forme d’une voûte. Encore une fois imitant la chambre funéraire de son père. Le temple funéraire est collé à la façade Est, comme sur tous les autres monuments, il est constitué d’une double enceinte à deux entrées. Une venant de la chaussée et l’autre sur la façade Est. Il y avait une avant cour publique qui donnait accès au temple cultuel. A l’intérieur du temple se trouvait un hall destiné aux rites de purification des offrandes. On y trouvait une stèle fausse porte et des magasins. Mais on n’y a pas trouvé de salle à 5 niches comme partout ailleurs. Un des murs de ce temple possède encore des restes de décoration en façade de palais, fait non produit depuis Djeser.

Sa sœur et épouse Khentkaous 1 est enterrée à Guizeh.

 

P6192731

Le monument de nos jours

 

 

Références : 

Pyramides, temples et tombeaux de l’Égypte ancienne, Richards Lebeau, Autrement

Les grands sages de l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Tempus.

L’Égypte des grands pharaons, Christian Jacq, Tempus.

Dictionnaire des pharaons, Pascal Vernus et Jean Yoyotte. Tempus.

L’Égypte au temps des pyramides, Guillemette Andreu, Hachette.

Histoire de l’Égypte ancienne, Nicolas Grimal. Fayard

Égypte, sur les traces de la civilisation pharaonique, H.F.Ullman.

Lire et comprendre les hiéroglyphes, Hilary Wilson, Tchou.

Paysages et paradis de l’autre monde selon l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Maison de vie.

Les cahiers de sciences et vie.

Dossiers d’archéologie.

Et diverses recherches personnelles sur le net.

 

Retour

L'article en pdf

Accueil

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans Saqqarah
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 03:01

La mort de Pépi II représente la fin de l’ancien empire. Il a régné 96 ans et est mort à l’âge de 104 ans. Ce fut le plus long règne de toute l’histoire humaine.

Pendant cette période, il a fait construire son complexe funéraire, qui est assez petit, il aurait pu se faire construire une pyramide de la taille de celle de Khéops mais a préféré garder un complexe de taille normal et standard. C’est peut être une des raisons de l’effondrement de la société Égyptienne. En effet, la construction d’une pyramide était à cette époque une affaire nationale et toutes les classes étaient utilisées à sa réalisation. Elle a été construite au début du règne du roi et à la suite de la longueur de ce règne, il manquait une œuvre nationale pour l’unification de l’Égypte. Les nomes avaient pris le pouvoir dans beaucoup de domaines tant administratifs ou militaires que idéologiques ou religieux. Quand le roi est mort, ils n’ont pas voulu rendre le pouvoir qu’ils avaient acquis, à tort ou à raison, apparemment Pépi avait plus ou moins délégué ce pouvoir. S’en est suivi une période anarchique ou chaque gouverneur dominait sans en référer au pouvoir central.

Mérenrê II succédera à Pépi. On n’est pas certain qu’il fut un fils de Pépi, mais il n’est pas possible qu’il fut un fils de Mérenrê I, comme certains l’ont annoncé. Il a épousé Nitocris et ne régnera qu’une année. Nitocris pris donc le pouvoir à la mort de son mari (meurtre ?). Ce fut la première femme pharaon de l’histoire, son règne durera 6 à 12 ans. La légende dit qu’elle aurait invité les meurtriers présumé de Mérenrê à un banquer et qu’à la suite de la mort des convives, elle se serait suicidé. Elle aurait eu un fils avec lui du nom de Néferkâ. On ne sait pas si il a été couronné. Il est possible que Nitocris n’ai jamais existé et que toute l’histoire ne soit qu’une légende. Il y aura bien quelques rois éphémères, selon Manéthon, mais la ferveur des débuts n’y était plus.

À la suite, le pays a été envahi plusieurs fois, des raids de bédouins, qui étaient tenus à l’écart grâce à la solidité du royaume, de plus en plus fréquents ravagèrent les deux terres et les nomes ne bougeaient pas. L’ancien empire s’en ai allé et avec lui l’âge d’or de l’Égypte. Il faudra attendre deux siècles pour que Montouhotep monte sur le trône et réunisse l’Égypte.

 

Retour

 

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans histoire
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 02:14

 

pépiPépi II Stable et vivante

Pépi; Stable et vivante

 

pépi 2 Page 3

 

pépi 2 Page 4

 

pépi 2 Page 5

 

pépi 2 Page 6

 

pépi 2 Page 7

 

pépi 2 Page 1

 

pépi 2 Page 2

Le complexe funéraire de Pépi II est de même type que tous ceux de ses prédécesseurs de la VIème dynastie. Son propriétaire aurait pu faire beaucoup plus grand, mais a préféré garder une pyramide « standard », il a régné plus de 94ans. La pyramide a son entrée au Nord, au niveau du sol, dans une petite chapelle, elle est axée Est/Ouest. Une longue chaussée relie le temple funéraire à son temple d’accueil.

Il possède, comme celui de son père Pépi 1er, des pyramides de reines qui ont chacune leur temple funéraire distinct.

La pyramide mesurait 78,5m x 52,5m avec une pente de 53°.  La sous structure est standard elle aussi, elle est basé sur les pyramides de Téti et de pépi 1er. Elle a été construite comme une pyramide à 6 degrés parée d’un calcaire fine de Tourah.

Directement à la suite de la chapelle, un couloir descendant en calcaire donne sur une chambre horizontale de 16m de long  qui donne elle même sur un couloir horizontal de 23m arrêté par trois herses de granit sur 6m.  un autre couloir horizontal mène à l’antichambre sous le centre de la pyramide, à l’Est une petite salle qui laisse à penser à un serdab ou au magasin du mobilier funéraire. En face de cette antichambre se trouve la chambre funéraire contenant le sarcophage de granit noir. Une ligne des textes des pyramides y est inscrite avec la titulature du roi. Aux deux extrémités sont gravées des fausses portes. Cette pyramide est décorée des textes des pyramides dans la chambre funéraire, l’antichambre et une partie du couloir. La chambre et l’antichambre sont couvertes d’une voute en chevron de calcaire peint en bleu et décorée d’étoiles dorées imitant le ciel étoilé. On a retrouvé dans la chambre funéraire un coffre à vases canopes et des fragments de diorite et d’albâtre ainsi qu’une lame de couteau d’or.

Le temple funéraire est très standard lui aussi, même la décoration en bas reliefs ressemble à celle du complexe de Sahourê, de la Vème dynastie. À la sortie de la chaussée, on entre dans le temple funéraire par un couloir transversal qui donne sur un vestibule décoré de bas reliefs montrant le roi détruisant les forces du mal, symbolisés par des animaux ou frappant les ennemis de l’ Égypte. Ensuite on arrive à une cour ouverte à 18 piliers carrés de quartzite. Les piliers sont décorés du roi avec un dieu. Le sol de cette cour est en calcaire et les murs sont nus. Des magasins sont placés de part et d’autre de la cour. Dans une salle transversale, on a retrouvé des scènes du rituel de l’Heb Sed. Immédiatement en entrant dans le temple intérieur on arrive à la chapelle aux cinq statues. De cette salle on arrive à une petite chambre à un pilier unique en quartzite, décorées de plus de cent dieux et déesses accueillant Pépi. La décoration d’un autre mur montre le roi protégé par Anubis et Nekhbet. À la suite de cette chambre on arrive au sanctuaire contenant la stèle fausse porte. De chaque côtés se trouvaient des magasins avec les objets du culte. Sur les murs du sanctuaire on voit Pépi devant una table d’offrande et les nombreux produits de ses domaines royaux. Une autre scène montre l’abattage du bétail.

La chaussée est très longue, environ 520m. Elle était décorée des scènes traditionnelles, le roi écrasant les ennemis de l’Égypte. Pépi y est représenté en tant que sphinx.

On pouvait accéder au temple de la vallée depuis le désert ou le lac. Sa porte d’entrée en granit donnait sur une salle à piliers carrés de granit. Derrière elle on traouvait une autre salle à piliers. Les salles étaient décorées des habituelles scènes du roi détruisant ses ennemis.

Le temple de la vallée était de grande taille.

 

P6192742

La pyramide de nos jours

 

Références : 

Pyramides, temples et tombeaux de l’Égypte ancienne, Richards Lebeau, Autrement

Les grands sages de l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Tempus.

L’Égypte des grands pharaons, Christian Jacq, Tempus.

Dictionnaire des pharaons, Pascal Vernus et Jean Yoyotte. Tempus.

L’Égypte au temps des pyramides, Guillemette Andreu, Hachette.

Histoire de l’Égypte ancienne, Nicolas Grimal. Fayard

Égypte, sur les traces de la civilisation pharaonique, H.F.Ullman.

Lire et comprendre les hiéroglyphes, Hilary Wilson, Tchou.

Paysages et paradis de l’autre monde selon l’Égypte ancienne, Christian Jacq, Maison de vie.

Les cahiers de sciences et vie.

Dossiers d’archéologie.

Et diverses recherches personnelles sur le net.

 

Retour

Les pyramides des reines

L'article en pdf

Accueil

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans Saqqarah
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 00:01

 

pépi 1er Page 4

 

1-Pyramide de Pépi

2-Pyramide de Ankhesenpépi 1ère (mère de Mérenrê 1er)

3-Pyramide de Ankhesenpépi 2 (mère de Pépi 2)

4-Pyramide de Rêhêrichefnakht

5-Pyramide de Béhénou

6-Pyramide de Haaherou

7-Pyramide de Méritâtes

8-Pyramide de Nedjeftet

9-Pyramide de Inenek

10-Pyramide de Nebouenet

11-Mastaba de Ankhnes

12-Tombe de Horneteriket

 

  Depuis 1988, une équipe Française fouille le site de Pépi1er et y a découvert, pour le moment, 8 pyramides de reines et plusieurs tombes annexes. Trois de ces pyramides avaient leur propre temple funéraire et deux leur pyramide satellite. Certaines étaient même décorées des textes des pyramides.

 

Retour 

Repost 0
Published by ancienempire.over-blog.com - dans Saqqarah
commenter cet article